SÉCURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

Introduction à la thématique


C’est peu dire que la confiance des consommateurs envers les producteurs a été ébranlée par une succession de crises alimentaires, spécialement en Asie ou en Afrique Sub-Saharienne où l'incidence des toxi-infections alimentaires d'origine alimentaire est la plus élevée. Les conséquences d’un manque de sécurité alimentaire sont non seulement une atteinte à la santé des populations, mais aussi à l’économie de pays à revenus faibles et moyens.

Malgré les efforts déployés pour revoir les normes relatives à l’hygiène et à la sécurité alimentaire au niveau international par l’OMS et la FAO, malgré le renforcement de la réglementation et des systèmes nationaux de sécurité sanitaire des aliments dans de très nombreux Etats, malgré les multiples contrôles dans les entreprises et aux frontières, les dernières enquêtes d’opinion démontrent que la sécurité sanitaire des aliments reste au cœur des préoccupations des consommateurs quel que soit leur continent.

Pourtant, le plus souvent, le « risque perçu » est bien supérieur au niveau de « risque réel » (ex : en matière de résidus de pesticides où le non-respect des LMR est plutôt l’exception que la règle pour la toute grande majorité des produits végétaux présents sur le marché).

Pour garantir l’innocuité des aliments et aussi pour restaurer la confiance et donner aux consommateurs un sentiment de sécurité, il faut agir sur plusieurs plans : (1) renforcer le dispositif réglementaire et le faire évoluer régulièrement en fonction de la technique et des résultats des analyses de risque effectuées ; (2) mettre en place chez les opérateurs des mesures de maîtrise des risques en se basant sur les principes de la démarche HACCP que le Codex Alimentarius reconnaît comme la seule méthode de référence; (3) identifier les données à enregistrer et assurer la traçabilité des produits pour retrouver l’historique, la destination ou l’origine du produit ; (4) garantir l’application de ces dispositions par des contrôles internes et externes, des plans de maîtrise et de surveillance, des audits internes et externes.

Conformément aux objectifs de sa Charte, le COLEACP a placé la sécurité sanitaire des aliments au cœur de son action. En effet, le COLEACP plaide pour un exercice des activités économiques dans le respect des lois et règlements, pour un respect du bien-être des personnes et pour une application des meilleures pratiques. Le COLEACP souhaite que, comme d’autres aspects de la qualité du produit, la sécurité alimentaire soit gérée de façon systématique et en collaboration étroite avec les clients.

Pour aborder tous ces aspects forts différents, le cours en « Sécurité sanitaire des aliments » a été structuré en 4 parcours. Chaque parcours est lui-même divisé en deux niveaux : un niveau intermédiaire qui vous permettra d’aborder le sujet, de comprendre les grands principes et fondements, sans entrer dans tous les détails de mise en œuvre. La réussite d’un test vous donnera accès au niveau avancé.  Au cours de niveau avancé, vous pourrez progresser dans la compréhension du sujet et aborder les aspects plus concrets et plus pratiques de la mise en œuvre (ex : détails des étapes à suivre, planifications des opérations, procédures à suivre, rapportage des résultats,…).

Si l’ensemble des 4 parcours permet d’atteindre un niveau d’information très étendu en « Sécurité sanitaire des aliments », chaque parcours représente un tout et peut se suffire en lui-même.

Liste des parcours


Parcours 1 : Gestion des risques sanitaires

Parcours 2 : Hygiène et maîtrise des risques

Parcours 3 : Traçabilité

Parcours 4 : Réglementation et normes privées


Public cible et compétences visées


Last modified: Thursday, 23 April 2020, 3:13 PM